Le droit à la ville doit aussi être un droit des femmes !

A l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, les élu.es de La Coopérative – Générations vous proposent de retrouver 5 propositions d’actions pour contribuer à l’égalité entre les femmes et les hommes dans notre ville.

1 / Inclure les femmes dans la fabrique de la Ville, renouveler la participation

La ville est aujourd’hui majoritairement conçue par des hommes et pensée pour des hommes, ce qui empêche de prendre en compte certains usages et de favoriser la mixité des espaces publics(1).
La question de la prise en compte du genre dans la construction de l’espace public émerge et s’institutionnalise dans plusieurs villes françaises (projet ANRU Aubiers à Bordeaux(2), séminaire annuel de la Ville de Paris(3)) et souligne des points de vigilance particuliers comme le montre l’exemple désormais classique de la répartition des agrès sportifs (4). Dans la construction des projets d’aménagement, des méthodes de participation et de concertation doivent permettre de rééquilibrer cela afin de construire la ville de demain comme une ville égalitaire, une ville pour tou.te.s.
• La Coopérative propose la généralisation de modalités de participation spécifiques dans les projets d’aménagements urbains (marches exploratoires de femmes, etc…) et qu’une attention spécifique au facteur genre soit portée dans la conception de nos politiques publiques.

2 / Assurer l’exemplarité dans les attributions de logements sociaux, se prémunir de toutes dérives

Les problèmes de logement cristallisent les vulnérabilités que les personnes rencontrent et constituent des moments de fragilité forts auxquels les bailleurs sociaux de notre territoire doivent répondre dans le respect de tout.e.s. Les périodes de séparation notamment, placent des femmes seules dans la recherche de logement ; l’urgence s’ajoute alors au fait que les mères célibataires sont déjà parmi les groupes sociaux les plus vulnérables(5). Dans ce cadre tout le processus d’attribution doit être exemplaire(6).

• La Coopérative propose que la transparence soit assurée de bout en bout de la procédure d’attribution grâce à la mise en place de la cotation des demandes et l’anonymisation des dossiers en commission d’attribution locative, et que les dossiers sensibles gérés au contact des personnes qui sollicitent un logement soient systématiquement suivis par deux agents paritaires femmes / hommes.

3 / Assurer à toutes le droit à l’hygiène, lutter contre la précarité menstruelle

Indispensables et néanmoins couteuses, les protections périodiques pèsent sur les budgets des femmes en général et sur ceux des femmes les moins aisées en particulier. Cette difficulté à se procurer ces produits d’hygiène peut même se muer en précarité menstruelle et devenir handicapante pour les femmes les plus précaires et/ou sans domicile fixe. Les rares enquêtes disponibles montrent qu’une femme sur dix a déjà du renoncer à acheter des protections périodiques pour des raisons de coût au Royaume-Uni(7). De façon générale, l’accès à ces produits ne peut être réservé à celles qui en ont les moyens.

• La Coopérative propose que soient soutenues les initiatives de collecte et de dons à l’image de ce qu’avait fait l’association Règles Élémentaires durant le marché Off de Noël ou d’ateliers de créations de protections hygiéniques. De même, des initiatives ciblées sur les publics les plus susceptibles d’avoir des difficultés à se procurer des protections périodiques doivent être encouragées.

4 / Faciliter les déplacements, réduire le sentiment d’insécurité

Les enquêtes montrent une persistance du sentiment d’insécurité en ville plus important chez les femmes que chez les hommes(8). Nous ne devons plus accepter que des stratégies d’évitement de l’espace public soient ressenties comme nécessaires et amputent la mobilité des femmes ainsi que leur capacité à profiter de notre ville.
Les transports en commun et certains autres espaces spécifiques sont vécus comme des lieux particulièrement anxiogènes(9) : la moitié des femmes disent ne pas toujours se sentir en sécurité dans les transports en commun. Face à cela des villes se mobilisent : Brest et Nantes ont mis en place la descente de bus à la demande en fin de ligne et font état des retours d’expérience très positifs.

• La Coopérative propose que soit expérimentée la descente à la demande dans les bus en fin de ligne et que les lieux recensés comme les plus anxiogènes voient des dispositifs d’appels d’urgence déployés ou mis en valeur(10).

5 / Apprendre l’égalité autour de l’école, préparer la société de demain

Nous pouvons profiter des temps annexes qu’offre l’école pour promouvoir un apprentissage de l’égalité femmes-hommes. L’importante part de l’enfance passée a l’école en fait l’un des principaux lieux de socialisation pour l’enfant et participe grandement à sa construction en tant qu’individu et citoyen(11).
C’est pourquoi il est primordial de veiller à ce que l’école ne participe pas à la reproduction de stéréotypes en son sein. Cela se fait dans des projets d’écoles en France, à Mont-de-Marsan par exemple(12).

• La Coopérative propose donc de renforcer les actions éducatives visant à enseigner l’égalité et la citoyenneté sur les temps scolaires et péri-scolaires, et qu’une réflexion globale sur l’organisation de l’école évite la reproduction des stéréotypes de genre.

Références :

(1) La ville faite par et pour les hommes – Yves Raibaud – 2015
(2) Quand des femmes changent leur ville en marchant – En Bref CGET 17 – 2017
(3) Genre et espace public – CNFPT et Ville de Paris – 2017
(4) Analyse des facteurs qui influencent les pratiques sportives des femmes à Genève – Université de Bordeaux – 2017
(5) L’état du mal-logement en France – Fondation Abbé Pierre – 2013
(6) Tris et sélections des populations dans le logement social – Marine Bourgeois – 2017
(7) Break the Barriers : Girls’ Experiences of Periods in the UK – Plan International UK – 2017
(8) Victimation 2017 et perceptions de la sécurité et Le sentiment d’insécurité dans les transports en commun – ONDRP – 2017 et 2018
(9) Revisiting fear and place : women’s fear of attack and the built environment – Koskela – 2000
(10) Rapport Femmes et Espaces Publics – Centre Hubertine Auclert – 2018
(11) Lutter contre les stéréotypes filles-garçons – France Stratégie – M.C. Naves et V. Wisnia-Weil – 2014
(12) Mixité, égalité et genre dans les espaces du loisir des jeunes – Edith Maruéjouls – 2014

PARTAGER