Terrasses citoyennes : passer du partage modal au partage frontal de la rue

Strasbourg est pionnière dans le partage modal de la rue, de la place des vélos à la magistrale piétonne, en passant par l’instauration d’un Code de la rue qui a réduit la place de l’automobile individuelle pour donner davantage d’espace et de droits aux moyens de déplacement plus vertueux. Nous proposons d’augmenter cette logique de partage modal d’une logique de partage frontal de la rue, c’est-à-dire de retrouver davantage d’espace pour que les piétons puissent flâner, s’arrêter, au lieu de seulement circuler et se déplacer. Nous souhaitons assouplir les modalités d’occupation du domaine public, pour permettre aux citoyens de reconquérir les frontages (parts de terrain privées et publiques, entre une façade et la chaussée) en y installant des bancs, des terrasses citoyennes, des jardinières. Chacun pourra investir l’espace public en bas de chez lui, dans une démarche citoyenne et parfois artistique, et dans les rues où cela est possible, limiter à 50% de l’espace de la rue la part d’utilisation pour les déplacements et le stationnement.

Une suggestion ? Un commentaire ?





PARTAGER